Assez de mensonges !

ASSEZ DE MENSONGES !

Le candidat qui se présente sous l’étiquette PPM, tout comme ses amis de la direction actuelle de ce parti, prétend que la Ville de Fort-de-France n’a été que très peu aidée par le Conseil général depuis 2001, ce qui lui permet de dénoncer celui qu’il rêve de « déchouker » : le président Claude LISE !

C’EST FAUX ! JUGEZ-EN VOUS-MEMES !  : 
Les délibérations du Conseil général, que tout citoyen peut consulter, le prouvent ! 
   
  • De 2001 à 2007 inclus, le Conseil général a accordé à la Ville de Fort-de-France près de 11 Millions d’Euros (près de 70 Millions de Francs) de subventions pour des opérations d’équipement.

    2,3 Millions d’Euros rien que pour le réaménagement de la Savane !

    Mais des subventions d’investissement également pour la réhabilitation de la décharge de la trompeuse, pour la distribution d’eau potable, pour les crèches, etc.

    Une autorisation de programme de 8, 3 Millions d’Euros (plus de 54 millions de Francs) a, par ailleurs, été votée par le Conseil général en juin 2007 pour le financement du Plan de développement et de rénovation urbaine de la Ville (P.D.R.U.).
  • De 2001 à 2007 inclus, le Conseil général a effectué près de 95 Millions d’Euros de travaux dans la Ville (plus de 620 Millions de Francs).

    Près de 100 Millions de Francs par an !

    Ont été ainsi réalisés :
  • le Boulevard du Front de mer (dit « Malécon » !),
  • la Gare multimodale de la Pointe Simon avec ses 3 appontements,
  • les tronçons urbains de la voie en site propre (T.C.S.P.) sur le Boulevard Alfassa et la rue de la Liberté,
  • différents travaux d’aménagement et de modernisation de routes et de carrefours,
  • la réalisation de trottoirs (notamment ceux de Didier, Haut-Didier et Desrochers),
  • des traitements de falaises (après le Tunnel Didier) etc,
  • mais aussi des travaux dans les collèges, dans les équipements sportifs et culturels, …
  • De 2001 à 2007 inclus, le Conseil général a cédé ou mis gracieusement à disposition de la Ville des terrains et bâtiments pour une valeur de 19,30 Millions d’Euros (plus de 126 Millions de Francs) :
      • Caserne de Gendarmerie,
      •  Pavillon de Tourisme ODTM / Air France,
      • ex-Conseil des Prudhommes,
      •  Ancien Palais de Justice,
      • Terrains à Desclieux,
      • terrain de l’Hôpital de Colson. 
De 2001 à 2007, c’est donc plus de 125 millions d’Euros (plus de 820 Millions de Francs) qui ont été investis par le Conseil général pour l’équipement de Fort-de-France, une moyenne de plus de 117 Millions de Francs par an. 

A tout cela s’ajoutent, toujours de 2001 à 2007 inclus :
  • Les aides au logement social dans Fort-de-France pour plus de 11 Millions d’Euros (plus de 72 Millions de Francs). Un effort qui s’inscrit dans le prolongement des aides accordées à la Ville depuis 1992.
    Au total, depuis cette date, c’est plus de 2000 logements sociaux qui ont ainsi pu être construits à Fort-de-France.
    Sur cette période, Fort-de-France a bénéficié de 30% des crédits du logement social du Conseil général quand le Lamentin en a bénéficié de 7 %, Sainte-Marie 4 %, Trinité 3%, Schoelcher 2%.
  • Mais également, les retombées pour la Ville des aides aux manifestations sportives et culturelles, des aides aux associations sociales sportives et culturelles, des actions d’insertion (34 % des Contrats d’avenir ont d’ailleurs été recrutés sur le territoire de Fort-de-France !), etc.
LA VERITE ! C’est que l’équipe municipale actuelle ne sait comment justifier, au bout d’une mandature de 7 ans, un bilan qu’il faut bien qualifier de très décevant, notamment pour les habitants de la plupart de nos quartiers et les petits commerçants du Centre-ville.
  • Peu de réalisations concrètes mais beaucoup d’effets d’annonce à l’aide de coûteuses campagnes de communication ! 
  • L’équipe municipale s’est manifestement lancée et perdue dans trop de projets à la fois !
  • Elle a, de surcroît, privilégié les grands projets spectaculaires (Pointe Simon, Etang Z’Abricot, etc., toujours inachevés au bout de 7 ans !) sur l’indispensable aménagement de nos quartiers.
Au lieu de chercher un bouc émissaire les dirigeants du PPM doivent tirer les leçons de leurs erreurs !

Vous pouvez, en tout cas, être assurés que, dans la prochaine mandature, Claude LISE sera fidèle à sa conception de l’action politique et à ses convictions démocratiques. 

Il continuera à faire en sorte que le Conseil général maintienne un effort important en faveur de la Ville.

Il s’attachera avec détermination à faire prendre en compte les besoins et les attentes des habitants de nos quartiers et tout particulièrement ceux du 10ème canton qui se sentent véritablement oubliés par l’actuelle Municipalité. 



Les sections de Balata, de Didier et de l’Ermitage du Rassemblement Démocratique pour la Martinique (R.D.M.)


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site