Fête patronale du Morne Rouge

Fête patronale du Morne Rouge

Le 7 septembre 2008 Claude LISE a répondu à l’invitation de Jenny DULYS,
la première Maire de la Martinique, à participer à la Fête de patronale de sa commune, le MORNE ROUGE


Défilé dans les rues du Morne-Rouge
Claire TUNORFE (Conseillère générale du Lamentin) / Claude LISE / Christiane BAURAS (Conseillère générale du François) / Jeanny DULY (Maire et Conseillère générale du Morne-Rouge) /
Catherine NERIS / Justin BOUQUETY (maire de Grand Rivière et président du syndicat des communes du nord Atlantique)

Intervention de Claude LISE (in extenso)
Sénateur et Président du Conseil général de la Martinique
à l’ouverture de la Fête patronale du Morne Rouge, dimanche 7 septembre 08, à la salle omnisport
enregistrement réalisé sur dictaphone transcrit par J.J. ALPHA


…Mesdames et Messieurs les présidents d’honneurs et présidents effectifs de la Fête du Morne Rouge,

Je suis vraiment très heureux d’être avec vous ce matin, et je suis heureux d’avoir participé à cette belle cérémonie et à ce beau défilé qui n’a même pas été troublé par la pluie, parce que je considère que, en fait, la pluie lui a donné un caractère particulier et que, vraiment, on s’est senti dans le Nord où j’ai quelques racines ; donc j’ai apprécié de me faire mouiller un petit peu, c’était une sorte de bénédiction.

Merci ma chère Jenny de m’avoir invité, je sais qu’ il y a là un geste amical et j’ai compris aussi qu’aujourd’hui, en venant, car j’ai tenu à venir, il s’agissait bien-sûr de te féliciter, et je le fais après d’autres amis, d’autres élus, te féliciter pour ton élection. J’ai eu le plaisir de t’accueillir au Conseil général il y a déjà quelques années et c’était un évènement qui restera dans l’histoire, on en est tous très fiers. Je te félicite au nom de tous nos collègues.

Mais j’ai compris aussi que mon invitation s’inscrivait dans quelque chose qui a déjà été souligné, c’est cette nouvelle démarche qu’empruntent un certain nombre d’élus à l’heure actuelle pour bien montrer qu’au-delà des divergences, au delà des appartenances, même si nous tenons à un débat démocratique, avec tout ce que cela peut comporter de défendre les points de vue des uns et des autres, il est extrêmement important dans un petit pays, dans la conjoncture actuelle surtout, il est important de savoir se retrouver. Et je pense que tu as voulu montrer ta volonté de participer à cette démarche de rassemblement de Martiniquaises et de Martiniquais de bonnes volontés. (applaudissements)

Tu sais que je m’inscris dans ce type de démarche ; il ne s’agit pas de dire on rassemble tout le monde dans une sorte de consensus perpétuel que certains appellent « un consensus mou », ce n’est pas cela, mais je dis qu’il y a des moments où l’on peut parfaitement dépasser un certain nombre de divergences ou d’appréciations différentes pour se rassembler autour de l’essentiel. Et en fait lorsque l’on travaille ensemble on s’aperçoit finalement que l’on se retrouver sur beaucoup de choses importantes pour ce pays. (applaudissements)



J’en ai fait l’expérience en étant, et c’était aussi un évènement, le premier vice président d’un président qui n’était pas de mon bord politique : c’était feu le président Emile MAURICE.

Et cela s’est très bien passé parce que l’un et l’autre, nous avions une certaine idée de la Martinique et c’est ainsi que nous avons pu travailler ensemble. On n’a pas besoin d’être de la même famille politique pour réfléchir ensemble à l’avenir de la Martinique. On n’a pas besoin d’être dans le même parti politique pour travailler ensemble, il faut croire que nous en donnons l’exemple et je crois qu’il faut qu’on continue à affirmer cela et à donner des exemples répétés, dans cette dynamique de rassemblement. (applaudissements)

Et bien je te remercie pour cela aussi (applaudissements).
Je crois que, vraiment, cela se situe aussi dans l’esprit que doit être une fête patronale. Je vais à beaucoup de fêtes patronales et je crois que c’est une tradition qu’il nous faut maintenir en Martinique, c’est une très forte tradition, parce qu’elle montre, à un moment donné, la volonté de rassembler une communauté, qu’elle se rende compte qu’elle est une communauté.

Il s’agit ici d’une communauté communale mais au-delà, on prend conscience que nous sommes aussi une communauté humaine qui appartient tout simplement à un pays et qui a un avenir à construire. Je pense que les fêtes patronales, il ne faut simplement les voir comme des moments de fête, de divertissement, ce sont aussi des moments de réflexion, des occasions de prises de conscience où les communautés font peuple, pour ce qui nous concerne, et que par conséquent nous devons nous rassembler pour que ce peuple ait un avenir.

C’est ce que je peux souhaiter aujourd’hui au cours de cette première fête patronale du Morne Rouge à laquelle j’assiste, invité par la première Maire, et je peux dire Madame le Maire ; et bien, je peux souhaiter très fortement que ce soit une démarche qui imprègne de plus en plus de Martiniquaises et de Martiniquais, c’est une bonne chose que vous ayez fait aujourd’hui les choses comme cela, je vous en félicite.

Tous mes vœux pour que cette fête soit une réussite, tous mes vœux pour que, ma chère Jenny, tu continues dans la voie tracée par tes prédécesseurs.

Merci


Claude LISE lors de son allocution



Pierre Petit, maire honoraire du Morne Rouge/ Claude Lise/ Albert JEAN ZEPHIRIN, maire du Gros Morne / Justin PAMPHILE, Maire et conseiller général du Lorrain/ Jenny DULYS Maire et Conseillère générale du Morne Rouge

Claude Lise reçoit la médaille de la Ville du Morne-Rouge


Claire TUNORFE Conseillère générale du Lamentin / Claude LISE/


La charmante 1ère dauphine de Miss Martinique 2008/ Claude LISE/ Christiane BAURAS

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site